Burkina et Bénin

29032004

Mes 1ers pas sur le continent africain…………..le début d’une histoire d’amour…………sentiment d’arriver sur une autre planête………….

Arrivés à Ouagadougou, de nuit, j’ai le sentiment d’être dasnun grand village et non pas dasn une capitale. Desrues très larges, des maisons basses, pas d’éclairage public, des gens partout qui dorment dehors , à même le sol. Mes premières remarques sur une ville africaine………

Dés le lendemain, nous prenons la route du Bénin. belle route,goudronnée.

2eme impression forte. L’arrêt sur un petit marché près dela frontière béninoise. C’est plein de vie! Tout est vendu à même le sol. des tas de fruits et de légumes inconnus pour moi. Je gouterais aux mangues, à des biscuits au sésame, au poulet yassa, papaye, noix de coco, cure d’ananas succulents, avocats avec bien plus de gout que chez nous, bissap (boisson à la fleur d’ibiscus), bière de mil ( que je n’apprécie pas du tout), beignets d’haricots rouges, to de maïs,d’igname ou de mil, alcool de palme. Que de découvertes!!!!!!!

Tout n’est que savane. très sec. je trouve ça magnifique, superbe,splendide.

Traversée du plateau Mossi puis du pays Gourtmanché.

Rencontre et bivouac près d’un campement peul. 3 ou 4 femmes et des tas d’enfants. Les hommes sont partis avec les bêtes. pas un mot de français. Echanges avec les yeux, le sourire, les mains. Ils sont beaux, d’une beauté si pure malgré leur crasse……..Ce peuple m’attire.

Leurs cases sont faites de sortes de paillasses en paille afin de pouvoir les démonter et transporter facilement puisqu’ils sont nomades.Peuple du sahel, région dont je rêverais à partir de cette renocntre. dans l’habitat des hommes, juste une natte au sol, dans les cases des femmes, une sorte de paillasse sur pied servant de lit et d’autres afin de poser récipients et ustensiles de cuisine. Voilà. Ils n’ont rien d’autres. c’est impressionant de pauvreté mais tant de beauté, tant de gentillesse, tant de sourire……………..

Le parc de la Pendjari est ouvert depuis  1961 et représente 275 000 hectares. Eléphants, babouins, phacochères, sortes d’antilopes, lions, et des tas d’oiseaux inconnus éblouissent mon regard. Grandeur, immensité,letout sans présence humaine……..

Pays Samba. le paysage , toujours de la savane, est un peu plus valloné. Les cases sont totalement différentes, comme fortifiées et portent le nom de tatas sambas.ici, au contraire des autres cases, après la cuisine/garde manger, il y a une pièce où les bêtes et les personnes agées qui ne peuvent monter sur les terrasses, dorment. Sur le toit se trouvent le grenier et de mini cases faisantoffice de chambres. Auucne ouverture dasn aucune pièce. cette architecture est expliquée par les guerres tribales, l’esclavagisme etles animaux sauvages.

Les sambas ont comme marque de reconnaissance des striures partoutsur le visage. Elles sont faites à lâge de 3 ans avec un couteau et cicatrisées avec du beurre de karité.

Abomey. ons ent bienq ue l’on se rapproche de la mer, donc du commerce. il y a sasn aucun doute là un peu plus de revenus. Les rois d’Abomey ont régné entre 1650 et 1900, date de la colonisation. dommage que nous ne restions pas un peuplus longtemps dans cette ville.

La cité lacustre de Danvié est impressionnante d’insalubrité. les habitants sont tous pêcheurs le jour et trafiquants la nuit car peu de douane sur l’eau. a=necdote amusante: ils sont obligés de remblayer de petits lopins de terre pour apprendre à leurs enfants à marcher car ceux ci savent nager mais souvent pas marcher!

Cotonou, capitale du Bénin a une quantité impressionante de deux roues. Les mobylettes servent d’ailleurs de taxis sur lesquelles on monte à 3! cette ville vit tout le temps, 24h/24; on peut y boire , y manger toute la nuit sans aucune difficulté.

Ballade sur le marché où il fait vraiment très chaud. N »avons nous pas dépassé nos 42° habituels depuis que nous sommes ici??!! ce marché fait 25 hectares, c’est immense. Il semblerait qu’il faut se méfier de l’insécurité mais ça ne se ressent pas du tout.Je garderais un souvenir impérissable du marché aux fétiches. Vraiment particulier!

La route entre Cotonou et Grand Popo a un paysage paradisiaque. C’est époustouflant de beauté. Une piste bordée de cactus et de cocotiers, quelques cases de pêcheurs, une plage infinie, une mer et un ciel d’un bleu éblouissant. Nous dormons dasn ce décor…………..un film…………….

La région de Grand Popo est le berceau de l’animisme. La ballade dans un village interpelle. Des tas de fêtiches, d’arbres ou de lieux sacrés. Nous y rencontrerons des fêticheurs, tout de blanc vétus, qui reviennent d’une cérémonie en chantant accompagnés par un tambour. L’animisme est une religion fort complexe qui m’intrigue.

Le passage de la frontière sera assez folklo. Les chauffeurs et la douane n’arrivant pas à s’entendre sur le montant du bakchich! Nous resterons bloqués là un long moment et ça s’arrengera sans que l’on sache ni comment ni pourquoi!







BOULBY & MOULFY IN NZ 2... |
19.000 km plus tard |
olivier au mexique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | amerique
| Six months in Australia
| Hey mon ami ! T'aimes ca ma...