Palerme, Sicile

28042018

22 Avril 18: 1er contact lors du transit avec un couple d’italiens qui m’offre un café et un moment de papotage…Que cela fait du bien de retrouver l’ambiance « voyage »!

Arrivée sans encombre. Il fait beau, il fait bon. Bus pour Palerme, quelques difficultés à trouver mon hébergement. 1 grand 2 pièces pour moi toute seule avec une agréable terrasse. Un peu loin du centre.

Anecdote: Le dimanche par ici, tout mais vraiment tout est fermé! Qui dort dîne…..

23 Avril: Supermarché. Petits déjeuners assurés mais pas de sandwichs, de plats préparés ou de salades toutes faites

Longue ballade pour aller voir la mer. Mais vraiment très décevant; je ne la vois pas! Un grand boulevard blindé de voitures et de bruits, des bateaux de croisières géants qui cachent la vue, des bâtiments industriels.

La ville est grande; je vais marcher!

Pause déjeuner sur une petite place, en terrasse, au milieu des locaux. J’ai l’impression qu’ils mangent pas mal de sandwichs, paninis et autres.

Je rejoins le « quatto canti », c’est un croisement qui symbolise le cœur de la ville. En fait un croisement de quatre rues qui forme une place avec quatre façades concaves et superbes. Jolie.

Après un bout d’une des artères principales, je rejoins un quartier avec de petites rues. Ouf! Cette ville est bruyante! Déambulation au hasard. rues et ruelles avec de vieux immeubles, assez décrépis. Voici la Sicile comme on se l’imagine. Et partout le linge aux fenêtres. C’est très sympa. Je rejoins ainsi le marché Ballaro. Un marché extérieur de fruits et légumes, haut en couleur dans de petites rues. Chouette et typique sans rien de très particulier. Je goûte le fruit du néflier, le nèfle et suis surprise par le coté très sucré de ce fruit.

Via Maqueda,  une des artères principales avec une partie piétonne, animée pleine de magasins.

Anecdote: pause macchiato. On me dit qu’il n’y a que de l’expresso. OK pas grave. En fin de compte, on m’apporte un grand gobelet  de lait. Et j’ai un quart de gorgée de café dans un petit verre. Conclusion, je bois ma noisette froide et mon verre de lait! Amusant

Théâtre Massimo: Extérieur splendide. Visite guidée en anglais et italien. On passe par le foyer, la salle de spectacles, très belle, des salons et la salle de répétitions de danse. Certaines salles ont pas mal d’habillage en bois (peut être de l’acajou?…), cela donne une certaine chaleur à ces pièces. Il aurait été construit entre 1875 et 1891 et il est le 3eme d’Europe par sa taille après Vienne et Paris. La loge royale n’a jamais reçu de roi car la ville n’était pas assez belle pour le déplacement! Sans être extraordinaire, ce théâtre est chouette et la salle de spectacle vaut la visite.

Pause chez « Brioscia » pour découvrir la glace dans une brioche ( brioscia). Dommage on ne peut s’asseoir mais c’est original et très bon. A tester!

24 Avril: J’essaie d’aller découvrir la villa Malfitano mais tout est fermé. Définitivement? Restauration? Juste ce jour? Je ne saurais jamais….

Je vais ensuite voir le palais de justice. On change tant d’ambiance que je n’ose sortir mon appareil photo. le bâtiment est impressionnant par sa taille et sa rigueur. je lis que toutes les fenêtres sont blindées et je vois les rampes qui permettent d’entrer sans sortir des véhicules. Ici étaient jugés les membres de la mafia. Amusant: il semble que tout les costards cravates de Palerme soient regroupés autour de ce bâtiment!

Le marché Capo me déçoit un peu par rapport à celui de Ballaro. Je le trouve trop calme et pourtant, cette fois, j’y suis en pleine matinée.

La fontaine Pretoria est superbe et se trouve sur une jolie place. Un très bel endroit. Juste à coté,le palazzo delle Aquile, maintenant hôtel de ville.

Palais Mirto.  Ici vivait jusque dans les années 80, la famille Filangeri. Cette immense maison bourgeoise est très bien meublée et aurait besoin de restauration….On y voit de très chouette écuries

Je trouve enfin une jetée en bord de mer. Le lieu est assez sauvage mais sans voiture et vraiment au bord de l’eau. Il y a des sortes de transats en béton qui me permettent une pause allongée, sans chaussures , au soleil. C’est bienvenu et fort agréable. Je termine par une petite coupe de glace. A tomber! Elles sont vraiment succulentes et à tarif abordable.

25 Avril: Une heure de train pour aller à Cefalu. Je suis surprise par le monde mais j’apprendrai plus tard  que c’est aujourd’hui férié. Le 25 avril est la journée de la libération, en commémoration de la libération de l’Italie lors de la 2eme guerre mondiale. Il y a donc les touristes et les locaux. Dans quel piège à touristes me suis je donc fourrée?!

Cefalu est une sorte de petite citadelle. Agréable avec ses ruelles et blindé de restaus et de boutiques à « toutou ». Une cathédrale, une jolie plage, de jolies vues sur la mer. On fait vite le tour…Je m’offre un succulent poisson avec vue sur l’eau. Puis un moment sur le sable. Il fait super beau et chaud. J’ai peur de brûler mais que c’est agréable! Une super journée, même s’il n’y a pas grand chose à faire ici et que c’est trop touristique pour moi.

26 Avril: Dernier jour de ballade à Palerme. Je teste et j’ai un coup de coeur pour le marocchino ( entre expresso et cappucino) que je trouve meilleur que le macchiato, sur une petite place de quartier au milieu des locaux. J’adore!

J’essaie d’aller voir les jardins du palais d’Orléans ( lieu du gouvernement) mais c’est fermé.

La Chiesa de Giovanni degli Eremiti. En fait, on ne visite pas l’église mais le jardin et l’ancien cloître. Charmant et bien plaisant. Les restes du cloître sont disséminés dans le jardin. Ce n’est pas, comme je l’ai vu le plus souvent, un rectangle avec une sorte de promenade dont on peut faire le tour. Le jardin est dur, un peu sauvage. Un peu cher tout de même ( 6€)

L’église de « Gesu ». L’extérieur ne laisse rien présager de l’intérieur. Très chargé. mais je n’ai pas le temps de bien apprécier toutes ces décorations en stuc ( je crois) car à peine entrée, on me demande 2€ pour faire le tour de l’église! Fichus lieux touristiques! Je refuse et du coup ne savoure pas à sa juste valeur cette beauté.

La cathédrale me laisse sans voix de l’extérieur. C’est sans aucun doute une des plus grandes et des plus belles que j’ai vu. Elle est………wahouuu…..En pierre ocre, on ressent bien l’influence arabe. Vraiment de toute beauté et bien mise en valeur avec un grand parvis. L’ensemble de la place est d’ailleurs assez chouette. L’intérieur du lieu est lui particulièrement froid. on dirait plus un palais qu’un lieu de culte. C’est gris et sobre au niveau décoration. Surprenant.

Un jardin, la villa Bonnano, permet de rejoindre la « porte neuve » (porta nuova)  et le palais des Normands. Il y a dans les locaux le gouvernement régional donc seule la chapelle Palatine est visitable. Cette dernière n’a pas un cm2 sans dorures et/ou mosaïques. C’est époustouflant et vraiment beau. Le lieu prête au recueillement  mais quel dommage que cela soit saturé de groupes. Vraiment trop pour moi. Un petit tour à la salle du Duc de Montalto où il y a une petite exposition de peintures flamandes. Je suis assez insensible à cette période picturale (16/17eme S)

27 Avril: Un bus me dépose à Mondello, 13 kms de Palerme. Mi station balnéaire mi village de pêcheurs. Ciel bien gris mais  marche le long de la mer tout de même. ET au moment de partir, grand soleil et grosse chaleur! Du coup je termine mon petit séjour avec un grignotage sur la plage qui me rappelle d’autres voyages et me confirme dans mon « veux pas rentrer »……….

 




Quelques jours à Porto, Potugal

2022018

27 Novembre 2017: Sur le chemin de l’hôtel à la gare, rue piétonne pleines de commerces. Très agréable.

Beaucoup d’azulejos qui donnent à l’architecture un charme indéniable.

Sur le soir, pas mal de vendeurs de châtaignes grillées et, amusant, vers 16/17h, les cafés sont pleins de gens âgés ou non, qui prennent un « tea time », boisson chaude et petit gâteau….

La salle principale de la gare de train est couverte d’azulejos. Pleins de fresques. C’est superbe. On a l’impression que la locomotive à vapeur va siffler…..On se croirait en 1900. L’éclairage extérieure à la nuit tombée est jolie aussi.

28 Nov: La structure métallique qui abrite les chalands du marché de Balhao est typique. Un peu déçue par le marché en lui-même que je trouve bien calme et avec un peu trop de stands à touristes à mon goût.

Le théâtre national São Joao a une jolie façade mais semble, à travers les portes, avoir un intérieur très banal et……..moche!

Je descend au bord du Douro par des ruelles et escaliers. Très chouette. Le vieux Porto….Le pont dom Luis est impressionnant. Tout en ferraille avec deux travées et très haut. Vue splendide. Le quai de la Ribeira est bien agréable sous ce bon soleil hivernal.

Je me perds dans les rues bien stylées de je ne sais quel quartier pour remonter à la maison de la photographie. Mais boudiou, que ça monte! Partout, tout le temps!

Librairie Lello. Pour entrer, il faut prendre un ticket à 4€!!!! Mais quelle est belle!!! C’est tout en bois , à l’ancienne. Un escalier magnifique, tout en bois ciré lui aussi. Les échelles pour atteindre les rayons, 2 rails et un wagon, en bois, pour transporter les livres. C’est de l’attrape touristes mais vraiment à voir. Extraordinaire, d’un autre temps.

Le bâtiment de la maison de la photographie vaut le coup, lui aussi. C’est l’ancienne cour d’appel et prison de Porto. Dans les cellules du bas, une expo de photos sur l’ensemble des prisons portugaises. Belles photos. Au 1er, d’autres expos qui me touchent beaucoup moins et au 2eme étage, un musée avec des tas d’appareils photos. Il faut s’y connaitre mais la collection est riche. Chouette visite.

Pause dans un salon de thé, très nombreux ici. Dégustation d’une éclair, réputée ici. Et en effet, rien à voir avec celles de chez nous. A tomber par terre! Beaucoup plu goûteux, plus fin. Un délice.

L’hôtel de ville est imposant. Un bel édifice.

Je remarque que dans l’architecture des immeubles ,ici, les façades ont peu de mur, l’espace est pris par les fenêtres.

29 Nov: Je descend au bord du Douro pour prendre l’antique tramway ligne 1 . Intérieur comme extérieur , il est tout en bois. Brinquebalant, il part mais s’arrête. Le voilà en panne! On nous fait monter dans un autre wagon mais il nous faut reculer pour en laisser passer un qui arrive en face. Pour cela, le conducteur enlève je ne sais quelle manette, part à l’autre bout, remet sa manette et recule! Même manip pour revenir au poste de commandes initial et repartir. Folklo. A faire.

Trouver un petit bateau pour traverser le fleuve où je suis seule mais , pas grave, on part de suite. Géant!

Afurada, petit village de pêcheurs. Il n’y a rien ici mais la vie à observer avec un noisette à la main en face des barques et embarcations de pêche. Devant les bateaux , un labyrinthe de pics en bois et de fils et tout un tas de linge qui sèche. Extra! Un petit bâtiment abrite le lavoir public. C’est incroyable, terriblement typique mais des tas de femmes de tout âge viennent y laver leurs affaires…….Au produit à vaisselle! Vraiment extra!

Longue ballade le long de la jetée où il n’y a que moi, l’eau, le vent, le soleil et quelques joggeurs. Je mange des sardines grillées au barbecue au milieu des habitants, dehors, à observer les vieilles femmes tout habillées de noir. Un endroit où le Portugal d’antan vit encore.

A Villa Nova de Gaia, visite de la cave Ferreira. Dommage que la visite soit en portugais mais elle me semble assez succincte. La bâtiment , un ancien couvent, est agréable.

30 Nov: En déambulant, au hasard, je me retrouve à passer le pont Dom Luis par la travée du haut. Haut tout de même! Vue superbe et bien ensoleillée ce matin, extra pour les photos.

Dans les quartiers excentrés de la ville, il y a encore de vieilles boutiques; des bouis-bouis de bric et de broc, des réparateurs de vieilles machines, des merceries……

Foz de Douro,  quartier chic à l’extrémité de Porto. C’est la jonction de la mer et du fleuve Douro. on voit tout de suite, aux constructions plus modernes que l’on change de catégorie. Beaucoup de résidences secondaires ou de touristes. Le bord de l’eau est très bien aménagé et immense. Déjeuner dans un restau ouvrier. Génial. Puis longue ballade le long de la mer. Il fait presque chaud, le soleil tape, c’est extra. Pourquoi ne peut on donc pas stopper le temps?….

01 Dec: La cathédrale, très imposante à l’extérieur a un intérieur qui semble presque petit. Rien de sensationnel à mon gout mais pas laide non plus. De là, la descente au bord du fleuve se fait par des ruelles, des escaliers très typiques, jolis. ça descend ferme mais c’est un vrai plaisir.

L’église Sao Francisco n’est pas une église de culte et du coup, elle est payante. Petit musée religieux, une chapelle, tout cela dans la maison de l’administration. Les catacombes sont assez impressionnantes. C’est en fait un cimetière en sous sol. des tombeaux dans un dédale de salles voûtées. Et sous nos pieds, des tombes! Les plus anciennes du début du 19eme me dit on. Sous une trappe en verre un ossuaire bien rempli. L’église, de l’extérieur est originale, toute biscornue. A l’intérieur……….Surprise…………Elle est très très chargée. Partout des feuillages, des anges des décorations en bois doré. Au vu de la sobriété de l’extérieur on ne s’y attend pas. Et on ne sait plus où poser le regard.

Retour à Villa Nova de Gaia pour un déjeuner dans un restau conseillé par un local afin de goûter LA spécialité de Porto: la francesinha. C’est une sorte de sandwich de viande, de charcuteries, fromage fondu et sauce!!!! La sauce est faite avec des tomates, de la bière et du piment. Le tout servi traditionnellement avec des frites. Original et ça cale sérieux!

Je termine ces quelques jours par une ballade en bateau sur le Douro. J’en ai fais de plus belle mais le bateau est à moitié vide, le soleil chauffe. Moment agréable et serein avant le retour….

 

 







BOULBY & MOULFY IN NZ 2... |
19.000 km plus tard |
olivier au mexique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | amerique
| Six months in Australia
| Hey mon ami ! T'aimes ca ma...