Funchal, Madère, Portugal

8112019

9 Novembre 2019- L’arrivée en avion est interpellante! De l’eau, de l’eau, la mer, la mer…On voit bien une courte piste mais on pense que c’est une voie de garage. Ben….non! C’est bien là!

Après avoir déposé chez un loueur de scooter, un passage aux infos touristiques, je vais au Centre Design Nini Andrade. C’est un ancien fort qui défendait la ville. Café sur une terrasse qui, d’un côté surplombe la ville, de l’autre la mer. Un cadre superbe, la mer ,le soleil et moi! Gros coup de cœur pour ce lieu. Nini Andrade est une architecte d’intérieur de Madère qui travaille des lignes épurées en noir et blanc. Très sympa ce qu’elle fait. Je reste ici un bon moment. Bonheur retrouvé du moment présent.

Grignotage en terrasse, reprise de la valise puis je traverse la ville en me perdant pour aller à la guest. Fatiguée après la nuit blanche,je n’apprécie pas la ville comme il le faudrait.

Accueil sympa à la guest, en fait une maison Airbnb avec 8 chambres. Il n’est pas très tôt, ce que je voulais faire est fermé, fatiguée; du coup simple balade et je me retrouve à la mairie. Celle-ci est face à une place très agréable avec l’église du Collège des Jésuites et une fontaine. Je suis surprise par le calme du quartier. Beaucoup de magasins sont fermés et il y a peu de monde dans les rues. Est-ce dû au week end?!…

10 Nov- Je galère un peu pour trouver un bus qui va vers le jardin botanique. Wahouuuu….Même en bus, la montée est impressionnante! Mais quelle vue! Et ici, nous sommes dans un village! Plein de vert, de maisons, de jardins, même de la vigne. Quelle différence avec Funchal bas!

Crise de rire toute seule car même pour descendre, je marche tout doucement tant la pente est abrupte!

Jardin botanique. Café avec une vue superbe sur la ville et la mer. Magnifique jardin avec 3 000 espèces. Un vrai délice pour les yeux et idyllique pour les photos. Vraiment très joli. Je redescends à peid et je souffre! C’est vraiment très très pentue mais aussi une chouette promenade.

Déjeuner avec M. et longue pause retrouvailles.

Puis je vais à la maison « Quinta das cruzes ».  ça grimpe encore. En fait, ça grimpe tout le temps. Petites rues avec très peu de voitures. Joli petit jardin là aussi. La villa du 17eme siècle, transformée au 18eme, fut la résidence secondaire des capitaines donataires, titre féodal venant du Brésil. Ils avaient pratiquement tout pouvoir outre la peine de mort qui ne pouvait être ordonné que par le roi. A l’intérieur, des meubles portugais et une riche section d’orfèvrerie. Dommage, cela manque d’explications.

J’aime bien l’extérieur de la cathédrale, sobre, blanche et marron. Mais il faut savoir que c’est une cathédrale, on dirait une simple église. L’intérieur n’est pas très grand, sans vitraux et avec un beau plafond en bois.

11 nov- Direction  Camara de Lobos, à environ 25 kms de Funchal, avec M. Très jolie route pour y aller, montagneuse. Des bananes, des bananes! Dès qu’il y a un bout de terre, au milieu de la falaise et des maisons, il y a des bananiers. Mini port avec ses barques  colorées. Mi village mi petite ville, Camara est un lieu  agréable. Le cadre est vraiment beau. Beaucoup plus de touristes que ce à quoi je m’attendais. On fait assez vite le tour du bourg et c’est plus authentique dès que l’on quitte le port. Longue pause dans un snack/tabac/journaux où nous mangeons une assiette bien portugaise: thon frais, riz, pommes de terre vinaigrette, salade Nous sommes dans un boui boui au milieu de portugais adorables. J’adore! On teste la spécialité de Camara: la puncha, sorte de cocktail avec du rhum, de la canne à sucre, du citron. C’est bon et fort, j’aime!

Reprise d’un bus pour aller au belvédère Cabo Girao. Route spectaculaire. Bananes et vigne avec la mer en contrebas. Le belvédère, au milieu de nul part si ce n’est un hôtel de luxe, est….euh…sans mot…silence. Nous sommes à 700 mètres au dessus de la mer. Ils ont construit une sorte de plateforme en verre. On voit donc l’eau sous nos pieds. En face, pas de délimitation entre mer et ciel, à droite falaise et nature, à gauche on surplombe Funchal et ses environs. Vraiment un endroit à ne pas manquer.

12 nov- Le marché des laboureurs me déçoit. Petit, touristique. Les étals sont autour d’une cour carrée intérieure. Joli. Les vendeuses des stands de fleurs sont en jupe et chaussures traditionnelles mais ce n’est pas pour les touristes puisque j’en verrai aussi à des étals dans la rue. J’achête, très cher, un « ananas banane ». C’est la fleur du philodendron. Bon et sucré.

Promenade dans la vieille ville. Petite, pleine de restos. L’intérêt se sont les portes peintes. Quartier sympa.

Au bout, j’arrive au fort Sao Tiago. Là surprise. Les portugais se baignent. Plus de touristes. Le jaune du fort, lla mer, l’authenticité, j’adore cet endroit! Au point que je m’offre un « vrai »resto super chouette à tout point de vue.

Le musée de la ville du sucre. Petit musée plus sur la ville que sur le sucre. Une documentation à lire en français familiarise bien avec la ville. Intéressant. Funchal a été déclaré village en 1450, son hôtel de ville construit en 1452 et est déclaré ville en 1508. La 1ere usine sucrière a vu le jour en 1452; le sucre partait principalement en Flandre et en Italie. mais fin 16ème, le Brésil et les Antilles sont une telle concurrence que l’industrie décline totalement.  Elle est remplacée par le vin de Madère et les bananes. Des fouilles archéologiques en 1989 permettent d’en apprendre beaucoup sur la ville. Elle était gérée par des capitaines donataires, eux-mêmes sous les directives du roi du Portugal. Mais ils avaient beaucoup de pouvoir.

Le théatre est joli et simple de l’extérieur.

L’église du collège des Jésuites. Plus grande et à mon goût plus belle que la cathédrale aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur. Pas de vitraux, assez chargé mais pas mal.

Le hall de l’hôtel de ville. Sobre avec des azulejos, petite cour sympathique.

13 nov- Musée Henrique & Francisco Franco. 2 frères de Madère, le 1er peintre, le 2eme sculpteur. coup de coeur pour Henrique, le peintre. J’aime beaucoup ce qu’il fait. Une belle découverte dans un lieu sympa.

Je retourne au fort pour terminer ces quelques jours face à la mer,a u soleil avec un café…

 

 

 




Palerme, Sicile

28042018

22 Avril 18: 1er contact lors du transit avec un couple d’italiens qui m’offre un café et un moment de papotage…Que cela fait du bien de retrouver l’ambiance « voyage »!

Arrivée sans encombre. Il fait beau, il fait bon. Bus pour Palerme, quelques difficultés à trouver mon hébergement. 1 grand 2 pièces pour moi toute seule avec une agréable terrasse. Un peu loin du centre.

Anecdote: Le dimanche par ici, tout mais vraiment tout est fermé! Qui dort dîne…..

23 Avril: Supermarché. Petits déjeuners assurés mais pas de sandwichs, de plats préparés ou de salades toutes faites

Longue ballade pour aller voir la mer. Mais vraiment très décevant; je ne la vois pas! Un grand boulevard blindé de voitures et de bruits, des bateaux de croisières géants qui cachent la vue, des bâtiments industriels.

La ville est grande; je vais marcher!

Pause déjeuner sur une petite place, en terrasse, au milieu des locaux. J’ai l’impression qu’ils mangent pas mal de sandwichs, paninis et autres.

Je rejoins le « quatto canti », c’est un croisement qui symbolise le cœur de la ville. En fait un croisement de quatre rues qui forme une place avec quatre façades concaves et superbes. Jolie.

Après un bout d’une des artères principales, je rejoins un quartier avec de petites rues. Ouf! Cette ville est bruyante! Déambulation au hasard. rues et ruelles avec de vieux immeubles, assez décrépis. Voici la Sicile comme on se l’imagine. Et partout le linge aux fenêtres. C’est très sympa. Je rejoins ainsi le marché Ballaro. Un marché extérieur de fruits et légumes, haut en couleur dans de petites rues. Chouette et typique sans rien de très particulier. Je goûte le fruit du néflier, le nèfle et suis surprise par le coté très sucré de ce fruit.

Via Maqueda,  une des artères principales avec une partie piétonne, animée pleine de magasins.

Anecdote: pause macchiato. On me dit qu’il n’y a que de l’expresso. OK pas grave. En fin de compte, on m’apporte un grand gobelet  de lait. Et j’ai un quart de gorgée de café dans un petit verre. Conclusion, je bois ma noisette froide et mon verre de lait! Amusant

Théâtre Massimo: Extérieur splendide. Visite guidée en anglais et italien. On passe par le foyer, la salle de spectacles, très belle, des salons et la salle de répétitions de danse. Certaines salles ont pas mal d’habillage en bois (peut être de l’acajou?…), cela donne une certaine chaleur à ces pièces. Il aurait été construit entre 1875 et 1891 et il est le 3eme d’Europe par sa taille après Vienne et Paris. La loge royale n’a jamais reçu de roi car la ville n’était pas assez belle pour le déplacement! Sans être extraordinaire, ce théâtre est chouette et la salle de spectacle vaut la visite.

Pause chez « Brioscia » pour découvrir la glace dans une brioche ( brioscia). Dommage on ne peut s’asseoir mais c’est original et très bon. A tester!

24 Avril: J’essaie d’aller découvrir la villa Malfitano mais tout est fermé. Définitivement? Restauration? Juste ce jour? Je ne saurais jamais….

Je vais ensuite voir le palais de justice. On change tant d’ambiance que je n’ose sortir mon appareil photo. le bâtiment est impressionnant par sa taille et sa rigueur. je lis que toutes les fenêtres sont blindées et je vois les rampes qui permettent d’entrer sans sortir des véhicules. Ici étaient jugés les membres de la mafia. Amusant: il semble que tout les costards cravates de Palerme soient regroupés autour de ce bâtiment!

Le marché Capo me déçoit un peu par rapport à celui de Ballaro. Je le trouve trop calme et pourtant, cette fois, j’y suis en pleine matinée.

La fontaine Pretoria est superbe et se trouve sur une jolie place. Un très bel endroit. Juste à coté,le palazzo delle Aquile, maintenant hôtel de ville.

Palais Mirto.  Ici vivait jusque dans les années 80, la famille Filangeri. Cette immense maison bourgeoise est très bien meublée et aurait besoin de restauration….On y voit de très chouette écuries

Je trouve enfin une jetée en bord de mer. Le lieu est assez sauvage mais sans voiture et vraiment au bord de l’eau. Il y a des sortes de transats en béton qui me permettent une pause allongée, sans chaussures , au soleil. C’est bienvenu et fort agréable. Je termine par une petite coupe de glace. A tomber! Elles sont vraiment succulentes et à tarif abordable.

25 Avril: Une heure de train pour aller à Cefalu. Je suis surprise par le monde mais j’apprendrai plus tard  que c’est aujourd’hui férié. Le 25 avril est la journée de la libération, en commémoration de la libération de l’Italie lors de la 2eme guerre mondiale. Il y a donc les touristes et les locaux. Dans quel piège à touristes me suis je donc fourrée?!

Cefalu est une sorte de petite citadelle. Agréable avec ses ruelles et blindé de restaus et de boutiques à « toutou ». Une cathédrale, une jolie plage, de jolies vues sur la mer. On fait vite le tour…Je m’offre un succulent poisson avec vue sur l’eau. Puis un moment sur le sable. Il fait super beau et chaud. J’ai peur de brûler mais que c’est agréable! Une super journée, même s’il n’y a pas grand chose à faire ici et que c’est trop touristique pour moi.

26 Avril: Dernier jour de ballade à Palerme. Je teste et j’ai un coup de coeur pour le marocchino ( entre expresso et cappucino) que je trouve meilleur que le macchiato, sur une petite place de quartier au milieu des locaux. J’adore!

J’essaie d’aller voir les jardins du palais d’Orléans ( lieu du gouvernement) mais c’est fermé.

La Chiesa de Giovanni degli Eremiti. En fait, on ne visite pas l’église mais le jardin et l’ancien cloître. Charmant et bien plaisant. Les restes du cloître sont disséminés dans le jardin. Ce n’est pas, comme je l’ai vu le plus souvent, un rectangle avec une sorte de promenade dont on peut faire le tour. Le jardin est dur, un peu sauvage. Un peu cher tout de même ( 6€)

L’église de « Gesu ». L’extérieur ne laisse rien présager de l’intérieur. Très chargé. mais je n’ai pas le temps de bien apprécier toutes ces décorations en stuc ( je crois) car à peine entrée, on me demande 2€ pour faire le tour de l’église! Fichus lieux touristiques! Je refuse et du coup ne savoure pas à sa juste valeur cette beauté.

La cathédrale me laisse sans voix de l’extérieur. C’est sans aucun doute une des plus grandes et des plus belles que j’ai vu. Elle est………wahouuu…..En pierre ocre, on ressent bien l’influence arabe. Vraiment de toute beauté et bien mise en valeur avec un grand parvis. L’ensemble de la place est d’ailleurs assez chouette. L’intérieur du lieu est lui particulièrement froid. on dirait plus un palais qu’un lieu de culte. C’est gris et sobre au niveau décoration. Surprenant.

Un jardin, la villa Bonnano, permet de rejoindre la « porte neuve » (porta nuova)  et le palais des Normands. Il y a dans les locaux le gouvernement régional donc seule la chapelle Palatine est visitable. Cette dernière n’a pas un cm2 sans dorures et/ou mosaïques. C’est époustouflant et vraiment beau. Le lieu prête au recueillement  mais quel dommage que cela soit saturé de groupes. Vraiment trop pour moi. Un petit tour à la salle du Duc de Montalto où il y a une petite exposition de peintures flamandes. Je suis assez insensible à cette période picturale (16/17eme S)

27 Avril: Un bus me dépose à Mondello, 13 kms de Palerme. Mi station balnéaire mi village de pêcheurs. Ciel bien gris mais  marche le long de la mer tout de même. ET au moment de partir, grand soleil et grosse chaleur! Du coup je termine mon petit séjour avec un grignotage sur la plage qui me rappelle d’autres voyages et me confirme dans mon « veux pas rentrer »……….

 







BOULBY & MOULFY IN NZ 2... |
19.000 km plus tard |
olivier au mexique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | amerique
| Six months in Australia
| Hey mon ami ! T'aimes ca ma...